Convulsions et état de mal convulsif chez l'enfant : prise en charge en urgence

Prochaines sessions

Formation DPC Médecins
Maison de l'Urgence

Jeudi 19 mars 2020
de 10h00 à 17h00

N° OGDPC : 64292000003

Lieu

La Maison de l'urgence
103 boulevard de Magenta
75010 Paris

Inscription

Intervenants

  • Pr Luigi TITOMANLIO (Urgentiste pédiatrique Paris)
  • Dr Noella LODE ( Urgentiste pédiatrique Paris)

Résumé

L’état de mal épileptique (EME) et plus généralement les crises épileptiques sont la première cause des urgences neurologiques de l’enfant.

Une prise en charge précoce et adaptée, associant la démarche diagnostique à la prise en charge thérapeutique, est essentielle.

Cette prise en charge qui commence dès la réception et la régulation médicale de l’appel reçu au SAMU doit notamment tenir compte de l’étiologie, en particulier les causes graves et curables. La recherche d’emblée de signes de gravité par l’ARM puis le médecin régulateur est essentielle, ainsi que l’envoi d’un effecteur adapté et l’orientation vers un service correspondant à l’âge, à l’étiologie ou au type d’épilepsie de chaque enfant.

Les crises épileptiques de plus de 5 minutes (nouvelle définition de l’état de mal épileptique tonico clonique généralisé) ont une faible probabilité de s’arrêter spontanément et doivent donc être prises en charge sur le plan thérapeutique. A contrario, une crise de moins de 5 minutes n’a pas à être traitée.

En toute circonstance, y compris en urgence, l’administration des traitements doit respecter une séquence précise tenant compte de la pharmacologie de chaque médicament et de leur délai d’action. Le traitement de première ligne est constitué par les benzodiazépines.

L’état de mal épileptique réfractaire doit être pris en charge en réanimation. La prise en charge thérapeutique de l’état de mal épileptique vise à trouver l’équilibre entre efficacité des traitements et apparition d’effets secondaires hémodynamiques ou métaboliques. Ces risques sont d’autant plus importants que les médicaments sont administrés trop rapidement ou que le recours aux traitements de l’état de mal épileptique réfractaire est trop précoce.

 

2) Objectifs pédagogiques

1.1. Régulation de l’appel

1.1.1 Reconnaitre les convulsions

1.1.2. Evaluer les signes de gravité

1.1.3. Orientation diagnostique avec ou sans fièvre

1.1.4. Envoi ou non des moyens adaptés en fonction des points 1.1.2 et 1.1.3

1.2 Pour l’équipe de SMUR

1.2.1. Evaluer la gravité

1.2.2. Thérapeutiques utilisables en pré hospitalier

1.2.3. Savoir prendre en charge un état de mal épileptique

Programme

en cours

Retour à la liste des formations